Après une longue période de guerre civile avec le Nord du Soudan, des accords de paix ont été signés en 2005. Suite au référendum populaire du 9 janvier 2011, 98% de la population a voté pour l'indépendance, proclamée avec une grande fête le 9 juillet 2011.

Ainsi est né le 54e État africain, appelé Soudan du Sud.

Djouba (capitale de l'actuel Soudan du Sud), est la première ville où OVCI a commencé ses interventions en faveur des enfants handicapés. En 1983, dans ce qui était alors le Soudan, OVCI a répondu à la demande de Monseigneur Baroni (alors évêque de Khartoum) de prendre soin des enfants handicapés, en construisant le premier centre pédiatrique polyvalent Usratuna (« Notre Famille » en arabe), où les enfants handicapés pouvaient recevoir une aide à la réhabilitation et une éducation de base.

En mai 1983, peu après l'arrivée des volontaires à Djouba, la deuxième phase de la guerre menée contre le gouvernement soudanais par l'Armée de Libération du Soudan du Sud (SPLA) a éclaté, entraînant une réduction des activités entreprises.

En raison de la précarité des conditions sanitaires, en 1989 OVCI a également ouvert un Dispensaire Pédiatrique – destiné aux activités purement réhabilitatives du Centre.

En janvier 1990, l'ambassade italienne a évacué tous les volontaires laïcs.

Entre 1990 et 1992, la guerre civile entre le Nord et le Sud du pays a obligé OVCI à suspendre temporairement les activités de réhabilitation sociale du Centre Usratuna, accueillant plus de trois mille personnes de différents groupes ethniques, ce qui a donné lieu à une série d'activités visant la santé de base, qui n'ont jamais été interrompues - même pendant les périodes les plus difficiles de la guerre civile dans le Pays.

Tout au long de cette période, grâce à certaines bénévoles qui s'étaient installées à Khartoum, OVCI a continué à soutenir le personnel local par des visites sporadiques sur place (lorsqu'il était possible d'obtenir la permission des autorités soudanaises) et par l'envoi d'aide d'urgence. OVCI était la seule ONG restant au Soudan du Sud après l'évacuation de toutes les associations humanitaires qui y opéraient.

Enfin, avec la signature du traité de paix en 2005, OVCI a pu poursuivre les programmes prévus par les projets activés et avec de nouvelles interventions destinées aux enfants handicapés, en collaboration avec l'Archidiocèse Catholique de Djouba - notre contrepartie locale.

En 2007, la section socio-réhabilitative s'est enrichie d'un système de référence pour les enfants auprès de l'hôpital CoRSU de Kampala et de l'hôpital Cure de Mbale en Ouganda (avec lesquels OVCI a établi des conventions spéciales) pour effectuer des opérations de chirurgie plastique, orthopédique et neurochirurgicales – interventions toujours pas réalisables au Soudan du Sud.

En outre, un programme de Développement Inclusif à Base Communautaire (lien en italien) est lancé afin d'atteindre même les familles les plus éloignées. À ce jour, OVCI couvre la ville de Djouba, les districts de Munuki et de Kator. 

Reconnaissant la grande expérience de OVCI dans le secteur de la réhabilitation, ses 28 ans de présence dans le Pays, ainsi que son expérience de formation avec l'université Afhad à Khartoum (Soudan), le Ministère des Affaires Sociales du gouvernement du Soudan du Sud a demandé à OVCI de se consacrer à la reconstruction et au développement d'après-guerre du système socio-sanitaire et éducatif de son territoire.

Au sein du campus du Mary's College (situé près du complexe d'Usratuna), en mars 2009, le premier cours de licence en Sciences de la Réhabilitation a été inauguré et lancé et le 2 octobre 2014, il a reçu le décret ministériel de reconnaissance du Ministre de l'Éducation.

En plus de la réapparition continue de certains foyers de conflit à la frontière avec le Soudan, le 13 décembre 2013, une tentative de coup d'État a créé une violente brèche au sein du SPLM (Sudan People's Liberation Movement), qui a déclenché de nouvelles années de guerre civile dans plusieurs États fédéraux du Pays.

En 2015, le gouvernement du Soudan du Sud a ratifié la Convention Internationale sur les droits des personnes handicapées.

Au terme des 5 années qui ont suivi l'indépendance du Soudan du Sud, le 11 juillet 2016, de nouveaux affrontements graves ont éclaté à Djouba, qui ont forcé Riek Machar, vice-président du Sud-Soudan et chef de la faction du SPLM "Dans l'Opposition", à fuir la capitale et à trouver refuge dans les Pays voisins. Le personnel expatrié de OVCI a été évacué pendant plus d'un mois car les conditions dans la capitale ne permettaient pas un séjour sûr.

Les engagements actuellement en vigueur sont les suivants :

  • Gestion du Centre Usratuna : Centre de Réhabilitation Usratuna (service d'assistance sociale, physiothérapie - avec envoi de patients en Ouganda pour y être opérés - orthophonie), service préscolaire, programme nutritionnel et dispensaire, service d'épilepsie, atelier orthopédique.
  • La référence pour les enfants de l'hôpital CoRSU de Kampala et de l'hôpital Cure de Mbale (Ouganda) pour la chirurgie plastique, l'orthopédie et la neurochirurgie.
  • Un projet de recherche est également en cours sur le diagnostic et le traitement du syndrome de hochement de tête (Nodding Syndrome), une maladie invalidante très grave, présente seulement dans certaines régions d'Afrique de l'Est, caractérisée par l'épilepsie et le handicap cognitif. Les enfants atteints de cette pathologie neurologique sont suivis au dispensaire de Djouba par des opérateurs locaux supervisés par des experts de l'Institut Scientifique italien E. Medea.

SOUDAN DU SUD - ENGAGEMENT POUR LA RÉHABILITATION

SOUDAN DU SUD - ENGAGEMENT POUR L'ÉDUCATION

SOUDAN DU SUD - ENGAGEMENT POUR LA SANTÉ

  • Engagement en cas d'urgence sanitaire : interventions dans les camps de réfugiés IDP de Djouba par l'intermédiaire de la Clinique Mobile qui offre des services de santé de base, tant pour la distribution de médicaments que pour les services infirmiers, et qui signale aux services de santé adjoints les patients visités présentant des pathologies particulières. Il s'agit d'un service essentiel, en particulier pour les catégories les plus vulnérables de la population (femmes, enfants, personnes âgées et handicapées), car il est le seul service actif dans tout l'État de Jubek et permet d'atteindre une tranche de la population qui, autrement, n'aurait pas accès à un premier traitement.

SOUDAN DU SUD - ENGAGEMENT POUR LA SANTÉ

  • Programme de Développement Inclusif à Base Communautaire – DIBC (précédemment appelé Réhabilitation à Base Communautaire – RBC), basé sur 5 composantes : santé, éducation, social, moyens de subsistance, autonomisation-durabilité. Le programme de réhabilitation est mené dans trois municipalités de la ville de Djouba : Kator, Munuki et Djouba Ville, et implique également un camp de déplacés internes.

SOUDAN DU SUD – ENGAGEMENT DIBC

  • Formation universitaire - Mary's College : poursuit la formation des physiothérapeutes, tandis que le cursus destiné aux enseignants est géré par AVSI (lien en anglais) et se déroule dans la même campus. Une réunion officielle avec le Ministre de la Santé a reconnu officiellement la figure du physiothérapeute parmi les professions de santé au Soudan du Sud, ouvrant la voie à la création d'un comité spécial chargé de définir son rôle dans les plans sociaux et de santé du Pays.

SOUDAN DU SUD - ENGAGEMENT POUR L'UNIVERSITÉ

 

AVEC NOUS... POUR TOUS LES ENFANTS DU MONDE

DEVENEZ MEMBRE

FAIRE UN DON

VOUS ETES UNE ENTREPRISE

COLLABORER AVEC NOUS

 


 OVCI la Nostra Famiglia
via don Luigi Monza 1 - 22037 Ponte Lambro (CO)
tel 031-625311   -    mail info@ovci.org   -   C.F. 91001170132